le Père a dégagé ton chemin

homélie pour des professions de foi, Ath, 11 septembre 2016

Si les pèlerins des maïs 2016_1 un enfant a quelque chose à demander à son père, il attend de voir s’il est bien ou mal tourné, disposé. Si on a fait du mal à quelqu’un, et qu’on a le courage d’aller lui demander pardon, avant de paraître face à lui on va quand-même vérifier si sa colère s’est un peu apaisée.

Et Dieu, est-ce qu’on a une idée de son humeur devant le mal que nous faisons ? Il pleure avec celui qui est blessé, méprisé, moqué, volé, trahi. Et il crie à celui qui fait le mal : arrête ! Combien de temps vas-tu encore répandre le malheur ? Mais ensuite, après avoir pleuré avec l’offensé et avoir crié à l’offenseur de revenir à la justice, que fait-il lorsque celui-ci vient en disant : je te demande pardon, je veux revenir à toi ? Est-ce qu’il lui dit : minute, il va d’abord falloir payer ? Non, il dit : moi j’ai tout payé. Par la mort de mon Fils sur la croix j’ai payé tout le mal que tu as fait. Maintenant, viens goûter la réconciliation, l’accueil dans la maison de mon cœur, viens savourer la fête que je vais faire parce que tu reviens et que ça me remplit de joie !

Voilà ce que fait Dieu. Il ne nous cache pas que le mal fait mal. D’ailleurs nous le sentons bien dans nos vies. Et quand nous regardons la croix du Christ nous sommes convaincus de tout ce que le mal détruit en Dieu, chez les autres et en nous. Dieu ne nous cache pas que le mal fait mal mais il dit : n’en reste pas là ! Reviens ! Je ne t’ai pas créé pour que tu restes tout triste loin de moi.

Parce que quand on est loin de Dieu on est triste, ça je peux vous le dire. Vous ne l’imaginez peut-être pas, vous vous dites : bah, je ne pense jamais à Dieu et pourtant je ne suis pas malheureux ! On peut parler comme ça tant qu’on n’a pas goûté le bonheur de vivre dans l’amitié de Dieu. Avez-vous envie d’avoir le cœur joyeux, baigné de paix et de lumière ? D’avoir un cœur imperméable aux critiques et aux moqueries, un cœur qui peut rester content même dans l’échec ou l’incompréhension ? Un cœur heureux de vivre, d’aimer et de rendre service ? Alors cherchez à vivre dans l’amour de Dieu notre Père. Dites-lui : Père, fais que je ne sois pas loin de toi ! Fais-moi voir ton amour et fais-moi revenir à toi ! Et dites au Christ : Seigneur, apprends-moi à vivre avec toi comme avec un ami ! Et à l’Esprit Saint : Saint-Esprit, remplis-moi de ta paix et de ta joie ! Si vous cherchez l’amour de Dieu, si vous revenez vers lui dès que vous remarquez que vous vous êtes éloignés, vous verrez une grande lumière grandir en vous, vous serez heureux pour toujours.

Pour entretenir cette lumière, venez souvent avec les autres chrétiens dire à Dieu votre amour. Venez à l’eucharistie. Ce n’est pas normal de se préparer à un sacrement et de ne venir que rarement à la messe. Si vous ne venez pas souvent, je vous encourage à faire mieux. C’est une loi du cœur humain : on ne peut pas connaître l’amour de quelqu’un si on ne se bouge pas pour lui. Sinon vous serez constamment comme le fils parti faire la fête et qui n’avait que la nourriture des cochons pour ne pas mourir de faim. Dieu a tellement mieux à vous donner !